dimanche 31 janvier 2016

Abraham Bloch en 2015

En 2015, Abraham Bloch a été au centre de plusieurs événements, conférences et expositions :

- le 24 février, la conférence au Musée Juif de Belgique, reportée à cause de l'attentat du 24 mai 2014, a été un moment d'émotion, au cours duquel la tolérance exprimée par Abraham Bloch au long de sa vie, a pris tout son sens.

- Deux expositions, ont illustré la vie d'Abraham Bloch :








L'une, à Epinal aux Archives Départementales des Vosges a permis de présenter des documents illustrant la vie quotidienne d'Abraham Bloch, lorsqu'il était rabbin de Remiremont (conférence le 7 mars).


















L'autre, à l'espace culturel Beit Yacov de Clermont-Ferrand a replacé la vie d'Abraham Bloch dans le contexte de l'affaire Dreyfus et des violences antisémites à Alger, tout en présentant la fonction des aumôniers militaires (conférence le 22 novembre).







- Trois autres conférences ont été présentées:
     - au centre Yavné de Bordeaux le 29 mars
     - au Musée Judéo-Alsacien de Bouxwiller le 3 mai, en lien avec une exposition sur les rabbins
       français et allemands dans la Grande Guerre.
     - à Remiremont à l'invitation de la Société d'Histoire Locale le 5 décembre.


samedi 3 janvier 2015

Trois conférences en novembre

Ce mois de novembre 2014, j'ai présenté trois conférences sur Abraham Bloch :

- le 2 novembre au Cercle de Généalogie Juive à Paris, dans le cadre des conférences mensuelles.

- le 10 novembre dans la salle des mariages de la mairie de Saint-Maximin la Sainte Baume à l'invitation de l'association ORELIA.


- le 23 novembre à Lyon, dans le cadre du VIIe colloque des Intellectuels Juifs organisé par le B'nai B'rith de Rhône-Alpes, dont le thème cette année était "Les Juifs dans la Grande Guerre".


dimanche 31 août 2014

Cérémonies du centenaire - 29 août 2014

Dans l’esprit des cérémonies précédentes, la cérémonie du centenaire de la mort du Grand Rabbin Abraham Bloch a commencé à Taintrux devant le monument à sa mémoire :

Sous le soleil vosgien, le Grand Rabbin de France Haïm Korsia a présidé la cérémonie et a prononcé un discours suivi du sous-préfet et du président du consistoire israélite de Nancy.
Le Grand Rabbin de France
Le sous-préfet de Saint-Dié-des-Vosges
A l’issue de la cérémonie, le Grand Rabbin de France a invité l’abbé de Saint-Dié-des-Vosges à réciter un Notre Père pour le soldat à qui Abraham avait porté le crucifix :
L’ambiance était bien sûr solennelle mais aussi très chaleureuse. La cérémonie s’est poursuivie à l’hôtel de ville de Saint-Dié-des-Vosges  où le maire et le Grand Rabbin de France ont échangé des cadeaux après leurs discours : 
Avant de dédicacer mon livre, j’ai moi-même honoré la mémoire de mon arrière-grand-père :

« Si j’ai accepté avec plaisir de vous dire quelques mots, c’est autant comme arrière-petit-fils d’Abraham Bloch qu’en tant qu’auteur de sa biographie. Tout d’abord, ma famille et moi, nous vous sommes reconnaissants d’avoir organisé ces cérémonies et d’y avoir participé dans la tradition républicaine des trois précédentes. Je vous rappelle que la première cérémonie eut lieu en 1920 à l’occasion de l’inauguration de la stèle sur la tombe d’Abraham Bloch au cimetière de Saint-Dié, la seconde en 1934 pour l’inauguration du monument de Taintrux et la troisième en 1958 pour réhabiliter ce monument et y réintégrer les insignes en bronze de la Croix de Guerre et de la Médaille Militaire volés en 1940.
Nous voici maintenant à cette quatrième cérémonie, un siècle jour pour jour après la mort d’Abraham Bloch. Avant de devenir un symbole et un mythe, Abraham Bloch était un homme dont je voudrais vous parler à travers sa vie. C’était un homme qui a tout d’abord fait preuve d’ambition intellectuelle, quand  à 17 ans, il a choisi d’entrer au séminaire israélite. Ensuite, il a eu l’ambition et le courage, de devenir Grand Rabbin d’Alger dans un période très troublée. Puis il a démontré son courage et son dévouement en se portant volontaire pour servir aux Armées comme aumônier à un âge où il aurait pu y nommer un autre rabbin plus jeune. De plus, tout au long de la vie d’Abraham, de son enfance à ses derniers instants, tous les témoignages convergent pour souligner son caractère sympathique, tolérant et ouvert sur les autres.  Enfin, en tant qu’Alsacien dont la famille avait choisi d’opter pour la France après la guerre de 1870, il était profondément républicain. Quand on lui connaît ces qualités, son geste d’apporter un crucifix à un soldat catholique mourant paraît en accord profond avec sa personnalité.
Tout au cours de sa vie, Abraham Bloch a toujours gardé dans son cœur les « belles Vosges » comme il les appelait dans son carnet de guerre. Ces « belles Vosges » qui ont été le lieu du début et de la fin de sa vie de rabbin puisqu'il y commença sa carrière à Remiremont en 1883, et y revint pour y être tué à Taintrux le 29 août 1914 il y a tout juste un siècle.
L’intérêt principal des commémorations et de celle-ci en particulier me paraît être de bien connaître le passé pour mieux se tourner vers l’avenir. C’est en ce sens que l’acte symbolique du Grand Rabbin Abraham Bloch me paraît majeur pour porter le message de la tolérance religieuse dans la République d’aujourd’hui et de demain. Afin d’aider à diffuser ce message, nous avons avec l’éditeur de mon livre, ici présent, préparé une exposition itinérante qui pourra être mise à la disposition des collectivités et des associations qui le souhaiteront. »

mardi 29 juillet 2014

Centenaire de la mort d'Abraham Bloch le 29 août 2014

Dans un mois, à l'invitation de l'Aumônerie Israélite des Armées, une cérémonie aura lieu à Taintrux sur le lieu de la mort d'Abraham Bloch.

mercredi 28 mai 2014

Prochaine conférence à Strasbourg le 2 juin

Ma prochaine conférence aura lieu le lundi 2 juin à 18h30 à la librairie Kléber de Strasbourg.
Isaac Bloch, le père d'Abraham, est né à Strasbourg en 1827. Les grands-parents d'Abraham, Moïse Bloch dit "le sage d'Uttenheim" et son épouse Madel, y sont enterrés au cimetière de Koenigshoffen.

Bruxelles

Ma conférence du mardi 27 mai au Musée Juif de Belgique à Bruxelles a été annulée suite aux assassinats qui y ont été perpétrés le samedi précédent. Mes pensées vont d'abord aux victimes, à leurs familles, puis à l'équipe de ce musée qui m'a accueilli si gentiment et m'a fourni de nombreux documents. J'espère que ce lieu ouvert survivra à cette tragédie et que l'action de tolérance du Grand Rabbin Abraham Bloch pourra y être associée prochainement.  

dimanche 23 mars 2014

En mars, des vers à la mémoire d’Abraham Bloch

Dans son édition de mars 1919, La Revue des Deux Mondes publie un texte du grand écrivain et dramaturge Edmond Rostand qui s’inspire de la mort d’Abraham Bloch. Il est intitulé L’ordre du jour, 1916. Extrait :


(à lire en page 113 du livre Un Grand Rabbin dans la Grande Guerre, ainsi que d'autres extraits de poésies en hommage à Abraham Bloch)